Au Maroc où près de deux femmes sur trois sont victimes de violences, les attouchements sur les femmes et les jeunes filles dans les transports en communs sont fréquents alors que la loi marocaine condamne le harcèlement des femmes au travail, et, depuis 2018 seulement, dans les espaces publics38,39.

Les hommes, adultes ou adolescents, agissent dans une grande impunité. Une majorité d’hommes et de femmes pensent que les hommes doivent être durs40. Cependant, les agressions sordides les plus criantes provoquent une forte émotion dans la société, à l’exemple de viols conjugaux ou par des bandes organisées, dont les membres n’hésitent pas à séquestrer des femmes pendant plusieurs jours. Les médias se font l’écho de ces pratiques odieuses ; le hashtag #masaktach (« je ne me tairai pas » ou « prenez la parole ») relaie les dénonciations. Aux problèmes de comportement sociaux s’ajoutent les lacunes de la réglementation : si elle condamne, elle précise mal comment les autorités doivent réagir ; s’ajoute aussi la corruption, qui rend encore plus aléatoire la défense des femmes39.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement_sexuel#Maroc