Harcèlement
[ février 10, 2020 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

Le harcèlement, quelles conséquences lorsqu’il n’est pas dénoncé ?

Le harcèlement est une thématique qui est prise à bras le corps par MATUMBOLI.NET Asbl qui a à cœur de protéger les victimes de tous les types de harcèlement. 

Les différents types de harcèlement sont : le harcèlement physique, moral, sexuel, scolaire, professionnel et le cyber-harcèlement. 

En d’autres termes, quel que soit le domaine dans lequel une personne évolue, elle peut être touchée par le harcèlement. 

C’est d’autant plus marquant lorsque l’on connaît les conséquences du harcèlement, notamment s’il n’est pas dénoncé. 

Faisons donc un petit points sur les conséquences que peut avoir le harcèlement si personne ne dit rien. 

1. La victime 

Concernant le harcèlement, quel qu’il soit, la victime est la première personne qui subit les conséquences. La victime est la personne concernée par le harcèlement, pour laquelle le public est le plus averti. Il y a des tonnes de supports que nous partageons qui donnent des informations sur les conséquences pour une victime. 

Et c’est normal, elle est au centre même du problème qui est en jeu, elle est la première personne à qui il faut apporter de l’aide, car c’est la personne la plus exposée aux conséquences qui vont découler de ses attaques. 

Pour parler concrètement, si les faits ne sont pas dénoncés, la victime de harcèlement peut développer les symptômes suivants : 

  • forte irritabilité,
  • perte d’appétit,
  • insomnies,
  • douleurs,
  •  dépression,
  •  absentéisme,
  • isolement,
  • suicide.

Il y a autant de symptômes et de conséquences qu’il y a de victimes, de harceleurs et de types de harcèlement. Si les faits ne sont pas dénoncés, la victime n’obtiendra jamais justice et elle ne pourra pas avancer sur ces conséquences. Elle ne pourra jamais sortir de cette situation et tout le reste de sa vie sera impacté. 

2. Le harceleur 

Quant au harceleur, il est la personne qui fait subir les agressions à la victime. Mais ce n’est pas parce qu’il est le bourreau qu’il ne ressent rien. En effet, le harceleur n’est pas devenu harceleur sans raison. Attention, cela ne veut pas dire que ça excuse le comportement de celui qui harcèle. Mais cela explique pourquoi il agit comme cela. 

Et lorsque l’on connaît les raisons d’un tel comportement, il est possible de comprendre et donc d’aider, d’accompagner d’écouter le harceleur pour qu’il puisse cesser d’agir ainsi. Si personne ne dénonce ce qu’il se passe entre le la personne victime de harcèlement et le harceleur, alors le harceleur ne sera jamais remis en question, ni mis devant ses actes. 

Alors, il recommencera avec d’autres personnes, dans son milieu scolaire, professionnel ou personnel. Il va faire d’autres victimes et blessera encore d’autres personnes sur son passage. Et sans le savoir, à chaque fois qu’il blessera une personne, c’est lui aussi qu’il blessera. 

En dénonçant les actes de harcèlement, vous aidez la victime et le harceleur. Car, la plupart du temps personne n’a envie de faire de choses bienveillantes envers le harceleur. Or, en étant bienveillant avec le harceleur, c’est-à-dire en dénonçant le harcèlement, vous avez un acte de bienveillance envers la victime et les potentielles futures victimes.  

3. Le témoin 

Il y a un troisième type de personne qui est concerné : c’est le témoin. Dans le cadre de harcèlement, il peut y avoir plusieurs témoins. Et souvent, plus il y a des témoins et plus la victime risque d’être seule face à son harceleur. Plus il y a de personnes témoins d’une situation, plus la responsabilité est divisée. 

Du coup, chacune des personnes estiment qu’une autre va faire le nécessaire pour aider la victime. Or personne ne le fait et c’est là que le témoin devient, lui aussi, à la fois victime du harceleur et harceleur passif. 

Le témoin, même s’il n’est pas le seul témoin est seul avec lui même, avec sa conscience. Si le harcèlement n’est pas dénoncé, le témoin peut développer des comportements comme : 

  • un grand sentiment de culpabilité lié à l’inaction,
  • un sentiment d’insécurité lié au fait d’assister au harcèlement. 

Dans le pire des cas, le témoin peut nourrir la peur d’être harcelé à son tour et finit par devenir harceleur à son tour. En somme, que vous soyez harceleur, victime ou témoin, la non-dénonciation du harcèlement peut avoir de lourdes conséquences sur votre vie future.

Harcèlement
[ février 6, 2020 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

Harcèlement moral au travail : 12 exemples concrets

Vos conditions de travail se sont considérablement dégradées suite à des agissements malveillants et répétés de la part de l’un de vos collègues ou supérieurs ?  Vous vous sentez fragilisé par la situation mais ne savez pas comment qualifier ce comportement que vous jugez injustifié ? S’agit-il de harcèlement moral ? Voici 12 cas concrets de harcèlement moral au travail qui vous aideront à faire le point sur votre situation.

Le harcèlement a pour effet de porter atteinte aux droits et à la dignité du salarié, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

12 cas concrets de harcèlement moral 

Au travers d’exemples concrets, nous vous aidons à déterminer ce qui peut constituer un harcèlement moral afin de ne pas le confondre avec la pression inhérente à votre activité. Une telle confusion vous exposerait, en cas de dénonciation abusive, à des sanctions.

1. Dénigrement et brimade

En l’espèce, le salarié avait reçu des ordres et des critiquesd’une salariée qui se serait comportée comme sa supérieure et lui aurait lancé des quolibets. Elle avait aussi été destinataire de courriers “insistants” de son employeur.

La Cour de cassation a retenu la nécessité d’une réalité d’actes répétés et injustifiés caractérisant une violence morale et psychologique de nature à nuire au salarié pour pouvoir caractériser dans cette affaire, une faute imputable à l’employeur constitutive d’un harcèlement moral (1).

2. Critique injustifiée

Le supérieur hiérarchique de la salariée s’était livré de manière répétée et dans des termes humiliants à une critique de l’activité de cette dernière, en présence d’autres salariés (2).

3. Humiliation publique

Propos blessants et humiliants proférés de manière répétée par un supérieur hiérarchique (3).

4. Mesure vexatoire

Le salarié avait fait l’objet de multiples mesures vexatoires, telles que l’envoi de notes contenant des remarques péjoratives assénées sur un ton péremptoire propre à le discréditer, des reproches sur son “incapacité professionnelle et psychologique” et sa présence “nuisible et inutile”, le retrait des clés de son bureau, sa mise à l’écart du comité directeur, la diminution du taux horaire de sa rémunération. La Cour de cassation a retenu que ces faits ne pouvaient être justifiés dans l’exercice par l’employeur de son pouvoir de direction (4).

Vous pensez être victime de harcèlement ? (suite…)

Harcèlement
[ janvier 7, 2020 by Roland MANTAMA 1 Comment ]

MATUMBOLI.NET, la meilleure solution contre le Harcèlement

Le harcèlement, qu’il soit moral ou physique, privé ou professionnel, est puni par la loi. Malheureusement, s’il est si fréquent, c’est parce que les victimes sont prises au piège de harceleurs manipulateurs. Néanmoins, si vous êtes concerné, vous devez réagir et faire cesser cet enfer. Si vous avez des doutes, si vous ne trouvez pas la force seul, si vous ne savez pas comment procéder, n’hésitez jamais à demander de l’aide.

Harcèlement, vraiment ?

Le premier ressort psychologique des harceleurs est de faire perdre tout jugement objectif à leur victime. Ils arrivent à la dénigrer à tel point qu’elle en vient à douter de sa légitimité à se plaindre. Et, si jamais elle dépasse ce stade, ils jouent sur la menace et la peur pour la réduire au silence.

Si vous vous sentez harcelé, mais que vous arrivez à en douter, il vous faut à tout prix échapper à cette emprise et pour cela, faire appel à une aide extérieure. Même s’il n’est pas toujours facile d’en parler, les personnes qui œuvrent dans ce domaine sauront faire la part des choses pour vous et vous aider à démêler l’écheveau du ressenti et de la réalité.

Ne sous-estimez jamais la puissance de persuasion des bourreaux et faites confiance à un œil extérieur professionnel.

La justice est de votre côté

S’il est difficile d’en parler à son entourage, il est encore plus difficile d’aller porter plainte. Vous ne savez pas à qui vous adresser et, lorsque vous sautez le pas, vous ne recevez pas toujours le meilleur accueil.

Les autorités concernées ne sont pas toujours bien formées à l’accueil des personnes victimes de harcèlement et vous pouvez parfois également vous retrouver en butte au scepticisme. Là encore, faites-vous épauler par des professionnels qui connaissent parfaitement les procédures et vous accompagneront à la rencontre des personnes compétentes.

Ne cédez plus à la peur et passez à l’acte, avec MATUMBOLI.NET vous êtes dans votre bon droit avec des personnes compétentes qui sont toujours  prêtes à vous aider pour faire valoir vos droits.

Harcèlement
[ janvier 6, 2020 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

#MeTooBots, une IA pour détecter le harcèlement au travail

Plusieurs entreprises proposent ces robots qui passent au crible les messages entre collègues de bureau.

Comportement vulgaire, intimidation, messages déplacés: et si les algorithmes nous permettaient de lutter contre le harcèlement au travail? Après le mouvement #MeToo, place au #MeTooBots. Plusieurs firmes d’intelligence artificielle développent actuellement des robots pouvant reconnaître différentes formes de harcèlement sexuel en ligne.

Déjà utilisés par des entreprises du monde entier, ces robots s’appuient sur un algorithme conçu pour identifier les intimidations potentielles, y compris le harcèlement sexuel, dans les documents d’entreprise, les e-mails et le chat des employées.

Une fois les données récoltées puis passées au crible par l’IA, toutes les informations détectées comme étant potentiellement déplacées sont envoyées à un·e avocat·e ou un·e responsable des ressources humaines, qui sont ensuite chargé·es de mener une enquête.

Les indicateurs de l’algorithme qui poussent l’IA à donner le signal d’alarme sont secrètement gardés par les entreprises. Jay Leib, le PDG de la société NexLP, qui développe cet outil, a précisé au Guardian qu’il s’agissait principalement d’anomalies de langage et d’analyses de la fréquence des discussions par rapport à un modèle de communication préalablement établi.

La plateforme de NexLP est déjà utilisée par plus de cinquante sociétés, dont plusieurs cabinets d’avocat·es à Londres. Selon son PDG, les client·es affluent de toutes parts, des services financiers au secteur des produits pharmaceutiques.

La demande accrue pour ce type d’outils n’est pas sans fondement. En France, une femme sur cinq a déjà été confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle selon un sondage de l’Ifop réalisé en 2014.

Limites de la compréhension du langage

Le véritable défi pour les fabricants de ces robots est de leur apprendre à détecter le harcèlement. Comment un robot peut-il comprendre les subtilités linguistiques ou à lire entre les lignes?

Brian Subirana, professeur d’intelligence artificielle à Harvard et au MIT, reste sceptique quant à leur utilisation. «Il y a un type de harcèlement qui est très subtil et très difficile à détecter. Cela nécessite un type de compréhension dont l’IA n’est pas encore capable», a-t-il déclaré.

Le problème sous-jacent est que l’IA ne peut analyser et comprendre des dynamiques culturelles ou interpersonnelles plus larges. Elle ne reste efficace qu’à partir d’une analyse de déclencheurs spécifiques préalablement établis. Cela signifie que les robots risquent de laisser passer de potentiels messages de harcèlement, ou bien de se révéler hypersensibles.

Malgré ses inquiétudes, Subirana pense que #MeTooBots pourrait permettre de fournir une base de données de ce type de messages. Il y voit aussi un «élément préventif». Les communications étant surveillées, les employé·es seraient moins enclin·es à harceler leurs collègues de bureau.

Source: https://korii.slate.fr/tech/metoobots-intelligence-artificielle-detection-harcelement-travail

Harcèlement
[ décembre 20, 2019 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

Procès pour harcèlement chez France Télécom : l’heure de la décision

Après plusieurs mois de délibéré, les juges rendent aujourd’hui leur jugement dans l’affaire des suicides qui a atteint l’opérateur entre 2007 et 2010. Les enjeux sont tels que les juges savent déjà que, quelle que soit leur décision, celle-ci sera frappée d’appel.

Cécile Louis-Loyant ne se fait pas d’illusion. Quelle que soit la décision que la présidente et ses assesseurs rendront ce vendredi 20 décembre, elle sera immédiatement frappée d’appel « tant les enjeux sont grands ». Après plus de mois de délibéré, les juges devront dire si France Télécom et ses ex-dirigeants ont mis en place, entre 2007 et 2010, une politique managériale constitutive de harcèlement moral.

C’est une première. Car la décision devra certes réparer et dire le droit. Mais l’équation judiciaire est délicate dans cette affaire, où les faits reprochés portent sur l’ensemble du personnel de l’entreprise. Or, jusqu’alors, le principe en droit pénal voulait qu’un lien direct existe entre la victime et l’auteur du dommage. Ici, il est clair que, ni l’ex-PDG, Didier Lombard, ni les six autres hauts responsables prévenus n’ont « directement » harcelé moralement les victimes. Quid encore de la personne morale ?

Harcèlement managérial

« Le but de ce procès n’est pas de porter un jugement de valeur sur (les) personnes, mais c’est de démontrer que l’infraction pénale de harcèlement moral peut être constituée par une politique d’entreprise, par l’organisation du travail et (être) qualifiée de harcèlement managérial », avait précisé  le parquet dans ses réquisitions en demandant les peines maximales contre France Télécom et ses ex-dirigeants : 75.000 euros d’amende contre l’entreprise, un an de prison et 15.000 euros d’amende à l’encontre de Didier Lombard, l’ex-PDG, Louis-Pierre Wenès et Olivier Barberot, les anciens n° 2 et 3. Sans oublier 10.000 euros et huit mois de prison contre « leurs zélés complices », Jacques Moulin, Nathalie Boulanger et Brigitte Dumont. « Les peines encourues à l’époque sont si faibles qu’il faut demander le maximum » pour que la sanction ait un sens, avait expliqué la procureure.

Que décidera le tribunal, qui connaît le poids symbolique de son jugement ? Il devrait en tout état de cause fortement motiver sa décision car cette approche collective du harcèlement moral est inédite en droit. Peut-être essayera-t-il de condamner pour exprimer  l’écoute envers les victimes , tout en expliquant très précisément les conditions très particulières, afin d’éviter  une généralisation non maîtrisée de cette jurisprudence qui pourrait atteindre toutes les entreprises qui entreprennent un plan de réorganisation et de modernisation de leurs structures et de leurs personnels.

Rationalité confondante

Pendant l’audience, les ex-managers ont souvent opposé une rationalité confondante face à la souffrance de certaines victimes. Nicolas Guérin, secrétaire général d’Orange, qui représente France Télécom au procès, a reconnu qu’il était « indéniable qu’il y ait eu de la souffrance chez certains de nos collaborateurs. […] Mais nous contestons un harcèlement moral généralisé ». Il avait annoncé qu’Orange allait lancer  une « discussion » avec les organisations syndicales pour créer une commission d’indemnisation des victimes, « quelle que soit la décision » du tribunal.

Au coeur du procès, les plans Next et Act visant à transformer France Télécom en trois ans, avec notamment l’objectif de 22.000 départs et 10.000 mobilités. Pour les prévenus, il devait s’agir de départs « volontaires », « naturels ». En 2005, France Télécom était « en péril », l’entreprise, surendettée, subissait une concurrence « agressive », des évolutions technologiques « extrêmement rapides ». Trente-cinq personnes s’étaient suicidées.

Valérie de Senneville

Source: https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/harcelement-chez-france-telecom-lheure-de-la-decision-1158010

Harcèlement
[ novembre 13, 2019 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

UN AUDIT POUR MIEUX COMBATTRE LE HARCÈLEMENT

Genesis Expo will gather over 5,000 CTOs in one place, and about another 11,000 engineers. If you are a first time dev at Expo this post should help you think about your trip.

Harcèlement
[ novembre 12, 2019 by Roland MANTAMA 0 Comments ]

Harcèlement sexuel: Impact sur les victimes

Selon le professeur Charles-Siegfried Peretti, chef des services Psychiatrie de l’hôpital Saint-Antoine et Tenon, ce « type de harcèlement peut provoquer des troubles du sommeil, de l’estime de soi, des symptômes anxieux, une distanciation par rapport aux choses, comme si on cherchait à se mettre à l’abri »1.

Une étude américaine menée sur 304 femmes entre 50 et 60 ans, et publiée le 3 octobre 2018 dans le JAMA Internal Medicine de l’Association médicale américaine, a enregistré une forte corrélation entre le fait de subir ou d’avoir subi du harcèlement sexuel et le fait de souffrir d’hypertension, d’anxiété, de dépression et de troubles du sommeil2,3.